Assurance islamique, l’expérimentation marocaine

finance-islamiqueAu cours de la dernière décennie la banque et la finance islamique ont tenté une percée sur le continent africain, notamment dans les pays du Maghreb. Au Maroc, à travers la loi 103-12 régissant les établissements de crédits et organismes assimilés le parlement a donné un cadre légal à l’exercice de la finance islamique dans le royaume.

Pour compléter l’offre de services financiers dits « Charia compatibles », le gouvernement marocain a adopté le 14 mai dernier un projet de loi en vue de règlementer de l’assurance islamique.

Désignée sous le terme « Takaful » qui signifie solidarité en langue arabe, l’assurance islamique repose sur le principe d’une mutuelle au sein de laquelle des souscripteurs versent leur contribution au système de solidarité collectif. A la différence d’une assurance classique, les souscripteurs de « Takaful » gardent l’entière propriété des fonds versés au sein de la mutuelle. Par ailleurs, l’excédent financier dégagé après le règlement des sinistres enregistrés sur une période est reversé aux souscripteurs et/ou réinvesti à leur profit.

Ce système d’assurance islamique permet ainsi d’échapper au principe de l’intérêt réputé contraire aux préceptes de l’islam. En permettant aux souscripteurs de garder la propriété des avoirs investis, l’assurance islamique les incite à réduire les comportements à risque susceptibles d’entrainer un sinistre d’autant que chaque sinistre se matérialise par une perte financière pour l’assurer.

Malgré leurs avantages, l’assurance islamique et la finance islamique connaissent cependant un frein à leur progression : leur rattachement aux principes d’une religion, l’Islam. De fait, bien qu’ils disposent d’un marché naturel dans les pays musulmans, il serait difficile d’attirer des clients qui ne partagent pas les principes de l’Islam dans les banques et assurances islamiques. De façon générale, la finance islamique est connotée. En dépit de ce qui précède, les services financiers islamiques participent de la diversification de l’offre de services financiers au niveau mondial.

Vous pouvez revoir le débat sur l’assurance islamique « Takaful » au Maroc organisé par la chaine de télévision internationale Africa24 le 19 mai 2015 et auquel nous avons participé (le débat sur l’assurance islamique est précédé d’un échange sur le bilan économique de l’ancien président nigerian Goodluck Jonathan) :

Mays Mouissi

Vous avez aimé cet article? Encouragez nous et partagez-le sur vos réseaux sociaux.

Mays Mouissi

Pour les renseignements biographiques se reporter à la page "A propos".

Vous aimerez aussi...