Doing Business 2016 : Le recul collectif des pays de la CEMAC

doing_business-2016Comme chaque année depuis 2002, le Banque mondiale a publié ce 27 octobre le classement Doing Business 2016 (DB 2016). Ce classement évalue la qualité de l’environnement des affaires de 189 états sur la base de données juridiques, administratives et quantitatives fournies par les états. L’analyse des données du DB 2016 fait ressortir une dégradation de l’environnement des affaires dans les 6 pays de la communauté économique des états d’Afrique centrale (CEMAC)*, une bien mauvaise nouvelle au moment où la baisse des prix des matières premières oblige ces pays à attirer de nouveaux investisseurs pour diversifier leurs économies.

DB 2016 : Un classement peu enviable pour les pays de la CEMAC

Déjà mal classés au DB 2015, les pays de la CEMAC (Gabon, Cameroun, Congo, Guinée Equatoriale et Centrafrique) ont encore régressé au classement DB 2016. En dehors de la Centrafrique qui conserve l’antépénultième place au classement général, les 5 autres pays de la zone reculent. Ainsi le Gabon perd-t-il 6 places passant de 156e à 162e sur 189, le Cameroun (172e) perd 4 places, le Congo (176e) et la Guinée Equatoriale (180e) perdent chacun 2 places tandis que le Tchad (183e) recule d’un cran.

Le déclassement enregistré par les pays de la CEMAC s’observe aussi au niveau régional subsaharien. Le Gabon, pays le mieux classé de la zone n’occupe que la 31e place sur 47 pays évalués en Afrique subsaharienne. En 1 an, le Gabon qui était 25e au DB 2015 a perdu 6 places au plan régional contre 3 place pour le Cameroun qui est désormais 37e au niveau subsaharien. La Guinée Equatoriale recule d’une place tandis que les 3 autres pays conservent le même classement régional.

Rare note positive à tirer du DB 2016, 4 des 6 pays de la CEMAC ont enregistré une variation positive de leur Distance de la frontière (DDF)**. Le Cameroun, le Congo, le Tchad et la Centrafrique se sont ainsi rapproché de Singapour (pays le plus performant du classement)  dans des valeurs comprises entre 0.09 et 0.40%

Doing Business 2016 : Classement des pays de la CEMAC - Cliquer pour agrandir

Doing Business 2016 : Classement des pays de la CEMAC – Cliquer pour agrandir

Le classement des pays de la CEMAC par domaine

L’analyse détaillée des résultats dans les 10 domaines ayant permis d’établir le classement DB 2016 fait ressortir une dégradation généralisée du positionnement des pays de la CEMAC face aux différents indicateurs.

Doing-Business-Classement-CEMAC-Domaine

Le classement des pays de la CEMAC par domaine – Cliquer pour agrandir

Gabon

En dehors de l’indicateur « Transfert de propriété » où le Gabon enregistre une variation positive au classement (+7 places) et des indicateurs « Exécution des contrats » et « Règlement de l’insolvabilité » où il n’en registre aucune variation, le pays est dégradé dans les 7 autres indicateurs.

Sur le seul indicateur mesurant la qualité du dispositif d’octroi des permis de construire, le Gabon recule de 43 places passant de la 121e place à la 164e place. La création d’entreprise, le raccordement à l’électricité, la protection des investisseurs, le process d’acquittement des impôts où le commerce transfrontalier sont autant de domaines où le Gabon recule (de 1 à 7 places). La dégradation du climat des affaires observée dans ces domaines explique aussi que le Gabon ait perdu 6 places au DB 2016.

Cameroun

La situation du Cameroun, telle qu’évaluée par le DB 2016 n’est pas meilleure. La première puissance économique de la CEMAC n’enregistre de variations positives que l’indicateur « Règlement de l’insolvabilité » pour lequel il gagne une place. Pour tous les autres indicateurs évalués, la variation observée est soit nulle ou souvent négative.

Ainsi  les process de création d’entreprises, d’octroi de permis de construire, de raccordement à l’électricité ou encore l’obtention de crédits se sont dégradés et ces dégradations ont induit un recul compris entre 1 et 8 places.

Congo

Le Congo,  comme le Gabon et le Cameroun n’enregistre une variation positive que sur un seul indicateur qui couvre la qualité du dispositif de transfert de propriété. Pour cet indicateur, le Congo gagne 8 places entre le DB 2015 et le DB 2016.

Le classement du Congo dans les domaines portant sur les facilités offertes pour le règlement des impôts, le commerce transfrontalier et l’exécution des contrats reste sans changement par rapport au DB 2015. Sur l’ensemble des autres domaines le Congo perd entre 1 et 8 places.

Guinée Equatoriale

La Guinée Equatoriale, pays le plus faiblement peuplé au sein de l’Espace CEMAC enregistre elle aussi une variation positive  sur un seul indicateur : « Octroi de permis de construire ». Elle gagne 3 places.

Sur la création d’entreprise, le transfert de propriété, l’obtention de prêts, la protection des investisseurs et le paiement des impôts le pays recule tandis que sur les autres domaines évalués rien ne change.

Tchad

Comme tous les autres pays de la CEMAC précités, le Tchad n’enregistre une progression que dans un domaine, celui relatif au transfert de propriété où il gagne 8 places. Son classement dans les domaines paiement des impôts, exécution des contrats et règlement de l’insolvabilité reste inchangé. Pour tous les autres domaines le pays perd entre 1 et 5 places.

Centrafrique

La République centrafricaine est le pays le moins bien classé au DB 2016 au sein de la CEMAC. 185e sur 189 pays, la Centrafrique est l’un des pays de la planète où il est le plus difficile de réaliser des affaires. Régulièrement secoué par des conflits armés, le pays a consacré peu d’efforts pour lever les freins qui se dressent devant les investisseurs.

Certes le pays gagne une place dans les domaines relatifs à l’octroi des permis de construire et au raccordement à l’électricité, mais ces progressions fébriles ne masquent pas la façon dont les investisseurs perçoivent l’environnement des affaires dans le pays.

Mays Mouissi

* La communauté économique et monétaire d’Afrique centrale (CEMAC) réunit les 6 pays d’Afrique centrale ayant en partage le Franc CFA. Il s’agit du Cameroun, de la Centrafrique, du Congo, du Gabon, de la Guinée Equatoriale et du Tchad

** La Distance de la frontière (DDF) permet de mesurer (en pourcentage) l’écart qui sépare le pays le mieux classé (et donc le plus performant) au Doing Business et un autre pays du classement. La note 100% est ainsi attribuée au pays le mieux classé et traduit la meilleure note possible. La note 0% est la pire note possible.

Sources principales :
–    Classement Doing Business 2016 de la Banque mondiale
–    Classement Doing Business 2015

Vous avez aimé cet article? Encouragez nous et partagez-le sur vos réseaux sociaux.

Mays Mouissi

Pour les renseignements biographiques se reporter à la page "A propos".

Vous aimerez aussi...