Gabon: Les 60 lycées financés par le budget de l’État que l’ANGT n’a jamais construit

Mays Mouissi

Cf page "A propos"

Vous aimerez aussi...

41 réponses

  1. Patrick Abess dit :

    Article particulièrement instructif qui met à nu une vaste opération de détournement de fonds public. C’est simplement scandaleux que l’argent de l’école servent à l’enrichissement personnel d’un groupe.

    Merci pour votre travail. Continuez !!!

  2. Mihinot dit :

    C’est étonnant de voir que personne ne relevait cela jusqu’à aujourd’hui dans la presse ! Je suis également surpris de voir que le dossier biométrie a englouti pas moins de 20milliards ! Quand on pense au matériel qui est à peine existant…

    • Mays Mouissi dit :

      Cher Mihinot,

      A l’analyse il y a effectivement plusieurs incongruités dans la Loi de finance ainsi que plusieurs dotations budgétaires qui interpellent soit par leur nature, soit par leurs objectifs.

      Pour débusquer l’ensemble des ces anomalies, il faut une petite armée à même d’analyser les 883 pages du budget explicatif.

  3. abeigne dit :

    Très ému de voir tout ça! Quand je pense que beaucoup ignore tout ça !

  4. Fanguinovény dit :

    Bonjour.Je trouve le contenu de vos informations très intéressant. Je souhaiterais savoir comment s’intitule le document de référence dans lequel vous avez puisé vos informations

    • Mays Mouissi dit :

      Bonjour M. Fanguinoveny,

      Pour cette analyse mon document de référence a été l’annexe explicative de la Loi des finances 2013 (que vous pouvez telecharger en dessous de l’article).

      MM

  5. YAO dit :

    Quid des prérogatives de la cour des comptes?

  6. Inconnu dit :

    Je te remercie pour ces informations.

  7. Gnanto dit :

    Akiéééééé c’est pas possible! Jusqu’où leur appétit reste insatiable? Je ss choquée!

  8. leticia dit :

    Je suis choqué par ton analyse qui m’interpelle réellement. Nous sommes nombreux à ignorer ce genre d’informations.

    • Observateur dit :

      le pb c’est justement l’ignorance. et quand vous ne cherchez pas on peut vs entuber avec n’importe quel article à sensation

  9. Observateur dit :

    « Il s’agit pourtant de travaux intégralement financés, la loi des finances 2013 ayant été exécutée dans son entièreté » ?????? vous êtes sûr de ça ???

    je suggère de bien vouloir vous renseigner sur exécution d’un loi des finances. Je ne suis pas défenseur de l’ANGT rassurez vous, mais je trouve que votre article n’est pas bien fouillé. Si vous faites un peu d’effort en vous renseignant sur l’exécution d’un budget, notamment ces deux dernières années au Gabon avec les notion de BOP (Budgétisation par Objectif de Programme) vous allez certainement rectifier certaines affirmations de votre article, bref. Le budget est une prévision avec de l’argent qui n’est pas souvent disponible. Même si de façon pompeuse on donne des grands chiffres dans la loi des finances. Si c’est utile laissez moi vous dire que la plupart des administrations n’ont même pas utiliser les 2/3 de leurs budget de fonctionnement. Je n’ose pas évoquer le cas de l’investissement. Je vous reconnais le mérite de poser la question publiquement, mais le reste, c’est du grand n’importe quoi. J’espère que vous n’êtes pas journaliste, parce que dans le métier il y a des règles qui ne sont pas respectées. Bon courage pour la suite !!

    Cord

    • Mays Mouissi dit :

      Bonjour et merci d’avoir pris le temps de commenter cet article qui n’est pas assez fouillé et que vous qualifiez de « grand n’importe quoi ».

      En finance publique, lorsque la Loi des finances initiale n’est pas exécuté intégralement et telle qu’elle a été définie, le gouvernement dépose un parlement un collectif budgétaire encore appelé Loi des finances rectificative.

      Sur les lignes budgétaires présentées dans mon analyse, il n’y a eu aucun changement entre la Loi des finances initiale et la Loi de finances rectificative.

      Par ailleurs la non-exécution de dépenses que vous semblez défendre est de nature à déséquilibrer le budget en parfaite violation de l’article 48 de la Constitution qui dispose que le budget doit être équilibré en recettes et en dépenses.

      Bien à vous.

      MM

  10. Tanko dit :

    Merci d’avoir si brillamment et avec élégance fermé le clapet à ce prétendu ‘L’observateur’ (de l’émergence des cleptocrates) qui passe son temps à polluer les forums en défendant l’indéfendable!
    Bravo encore et surtout ne faiblissez pas. Nous parviendrons à faire fonctionner notre pays de manières saine sur tous les plans.

  11. ONERO dit :

    Vivement votre l’analyse de la loi des finances 2014. Si vous ne l’avez pas je vous la ferai parvenir. Je crains malgré tout que vous ne soyez l’un de ces jeunes intellos qui écrivent pour se faire repérer et ensuite se mettent au service du Roi ou en réalité de leur propre ventre (du style Petit Lambert… comme on dit au pays). Qui vivra verra !

    • Mays Mouissi dit :

      Bonjour,

      Si vous avez la loi des finances 2014 et son annexe explicative je suis demandeur.

      Concernant votre jugement sur mes intentions que puis-je répondre à cela si ce n’est de dire qu’il s’agit de votre opinion.

      Merci d’avance pour la LdF.

      MM

  12. Moundjal dit :

    Merci cher ami pour toutes ces informations qui viennent une fois de plus éclairées des gens comme moi et d’autres qui continuent de croire que les choses vont bien dans notre cher pays. Nous sommes contents quand un compatriote dénonce les magouilles orchestrées par ce régime prédateur. Mais que faisons nous par la suite, rien.
    Depuis que certains dénoncent toutes les dérives du pouvoir, nous n’agissons pas. Je crois que le moment est venu de nous interroger pourquoi les gabonais ne prennent ils pas leurs responsabilités pour mettre fin à tout ceci? J’ai une réponse qui n’engage que moi. C’est le tribalisme qui empêche l’unité nationale contre la dictature actuelle. N’ayons pas peur de la réalité, et interrogeons nous pourquoi sommes-nous comme ça?

  13. Willy oximore dit :

    Merci M. Mays Mouiss. Le Gabon a besoin de gens comme vous.. Bravo

  14. Willy Oximore dit :

    Je crois qu’il y a un sérieux problème qui se pose au niveau de la gestion des fonds publics dans ce pays. Aucune lisibilité. Dans mon propre village, l’élu pdg nous avait réuni pour annoncer la construction d’un collège au cours de l’année 2013.il nous avait certifié que le projet avait déjà été financé. Mais jusqu’à lors rien n’est fait. Comment un personnage politique aussi important peut venir débiter des telles grossièretés en s’appuyant même sur des textes de la loi de finance de cette même année !!!??? Les choses de ce pays ne cesseront jamais de me surprendre. Merci encore de nous informer
    M. Mouissi.

  15. Mays Mouissi dit :

    Merci à tous pour les encouragements et merci de rester fidèle au site !!

    MM

  16. Régis dit :

    Pour être techniquement irréprochable,il eût fallu soulever votre analyse sur les données de l’exécution dudit budget basé engagement,ordonnance et caisse.L’annexe explicative est certes intéressante,mais insuffisante pour tirer de telles conclusions.

    • Mays Mouissi dit :

      Cher Régis,

      Je suis malheureusement obligé de faire avec les données publiques disponibles. Le budget étant un texte de loi, il est public. Les documents que vous citez ne le sont pas.

      Si vous possédez des documents de nature à enrichir la réflexion, merci de bien vouloir les partager avec nous.

      Cordialement.

      MM

  17. Dee dit :

    Cest du Bon Travail. Des chiffres clairs

  18. Sylvain dit :

    félicitation pour l’article!
    Sans être subversif, je crois que votre article doit être diffusé sur les journaux de la place & a l’UNION » pour forcer des explications point par points par nos gouvernants.
    voici » la matière de base »sur laquelle l ‘opposition gabonaise devrait s’appuyer pour participer au bien être des gabonais:
    la traque des coûts est un  »bon fils conducteurs » pour suivre les actions des gouvernements; demander des comptes/explications en partant même des choix initiaux!
    chaque changement/choix/avancement/immobilité devrait être suivi de très prêt par les acteurs politiques de oppositions pour alerter au plus tôt afin que la population fasse bouger les choses si des explications claires et satisfaisantes ne sont pas apportés sur l’élément pointé.
    par ce  » fil conducteur » , une platforme d’échanges/dialogues/débats(tendue mais respectueux et légal) doit exister pour:
    justifier aux yeux des gabonais et du monde sa bonne fois et la gestion faite des ressources.
    pour les autres demander des comptes ou alerter des la moindre suspicion de dérive.
    il y a certes des  »institutions pour le Control » …au vus des données de votre article, cela est fort peu probable que les chosent bougent si on base ce Control uniquement sur ces institutions!
    une opposition qui se réjouit qu’un projet engagé pour la population( logement sociaux; CNAMGS;routes…) n’aboutit pas ou qui amplifie la xénophobie/tribalisme sera difficilement suivi(a mon humble sens)
    mais une opposition qui suit de très prêt les biens/ressources du peuples et s’offusque/demande des explications a la moindre dérive constaté sera très populaire et partant, très massivement écouté et suivie.
    je pointe l’opposition car pour moi ils ont cette mission  »d’alerter le peuple » et de dialoguer avec les gouvernants proposition contre proposition; idées contre idées…ces budgets passent devant nos  » parlementaires/sénateurs…aucun mot; aucune objection; aucun débats; ils votent/valident…ça ne les choque pas qu’une ligne budgétaire n’ait pas été correctement exécuté!
    il serait bon que l’opposition s’approprie ces suivis pour dire un jours que grâce a elle tel ou tel Projects ont été réalisés correctement avec/grâce a son concours.
    désole si j’ai peut être été » moralisateur » mais mon but premier est d ‘a porter ma modeste contribution pour le bon développement de ce pays que j’aime.

  19. Noël Boundzanga dit :

    Mays Mouissi, ton travail est formidable. Les chiffres sont des éléments à l’appui desquels on peut faire des critiques construites sur l’action publique. Il te manque en effet les données de l’exécution, notamment l’engagement, l’ordonnance et la caisse. La réponse que tu donnes au compatriote est tout aussi sérieuse, tu travailles avec des données diffusées. J’apprécie la modestie de tes réponses qui ne manquent pas de cranc cependant, invitant les uns et les autres à te fournir les documents pour tes analyses.

    Quant au scepticisme de certains, il faut savoir que le Régime a fait sa plus belle réussite en générant le scepticisme entre nous. Nous doutons des uns et des autres, et empêchons par ce fait de formidables alternatives. En tous les cas, il nous appartient de travailler pour montrer que nous sommes dignes de confiance. Ton travail est fait avec des intentions saines, et pour ça, il faut te saluer. Bon courage et bonne continuation!
    Nous n’avons pas une presse économique dans notre pays, il y a un titre, mais qui n’est pas très lu et il ne s’intéresse pas à l’information de cette nature. Ceci est un bon commencement!

  20. terence dit :

    je tombe dénue, mais nos députés sont tous coupables. D’autre part, je ne comprends cet appétits d’argent, que font t-il avec autant de milliards?
    croyez moi, si le système tombe, de nombreuse personnes doivent nous rendre compte !

  21. Sonia dit :

    Je suis heureuse de découvrir votre blog/page/site . Des analyses pertinentes dans un français accessible et simple. Merci pour votre lucidité qui manque parfois à certaines personnes pour apprécier des situations dans leur globalité. Bonne continuation et courage!!!

    Une désormais fidèle lectrice.

  22. Augustin Levy dit :

    Alléluia, que la grâce, l’amour et la paix de l’Eternel Dieu des Armées soient avec vous au nom du Christ.
    N factoriellement merci.
    Merci pour la pertinence de vos constats et analyses ne demandant pas de sortir de Saint Cyr pour comprendre.
    Merci parce-que vous permettez de nous donner matière à s’étonner, s’interroger, se questionner sainement et à discuter en vérité avec des repères visibles et lisibles. Au moins point besoin de discourir politiquement.
    Merci parce que, à mon humble avis, ces données et analyses devraient précéder le discours politique trop romanesque, sophiste et éthérique voir très personnalisé et au pifomètre.
    Merci pour avoir osé mettre sur la table le chandelier économique gabonais, longtemps tripatouille sans crainte d’être sanctionné et s’il y aurait semblant de sanction c’est pour des règlements de comptes politico-politiciens en caprices de prince  »koukoumoulele ».
    Merci parce que désormais nous saurons ou et à qui nous adresser lorsqu’on voudra gruger les données comptables, économiques et financières.
    Merci parce que vous nous ferez l’immense plaisir et le bonheur soit de créer une chaine de Radio/Télévision Gabonaise ou des émissions Radio/Télé ne parlant et ne traitant que des questions économiques, financières, commerciales, boursières et valeurs nominales car tout est planifié communicationnelement pour politiquement  »aboutir » le peuple au point ou le peuple  »ignore » la valeur ajoutée de son économie et de ses richesses incommensurables.
    Je vous dit encore des mercis non exhaustifs car par des faits économiques et financiers incontournables.
    Merci, Akewa, Lemvelewe, Abora, Ndomomouene, Diboty, Akiba, Maloumbi…….. Merci.

  23. NKONO Charles Alexis dit :

    bonjour Mr Mouissi

    Je vous lis depuis peu et vos analyses sont pertinentes et instructives même avec la quelque documentation disponible ( difficile à trouver dans ce pays dont le régime à la trouille de la transparence). Il ne suffit pas d’avoir tout les documents pour faire des analyses pertinentes. l’ajout d’autres documents ne serviront qu’a les complétées. En tant que juristes en droit public je sais qu »en finances publiques les annexes explicatives de la LOLF renseigne déjà sur beaucoup de choix budgétaires engagés ou à engager. Ne vous laisser pas abrutir par des des interventions stériles à la production de savoir. Il n’y a pas de savoir inutile. Bravo je vous encourage encore et encore. Moi même je cherche de la documentation sur le Gabon car je prépare un ouvrage. Quant à ceux qui vous lance que vous cherchez a vous faire repérer la source ils faut qu’ils sachent de la démarche critique qui est purement technique et scientifique en dit long la dessus.

  24. Ndouanis dit :

    Contrat de marchés publics de gré à gré sous la supervision directe du PCA de l’ANGT Bongo Ondimba Ali dixit Ndong Sima Raymond. Pourquoi s’étonner des multiples violations de la loi sur les marchés publics ? Il s’agit ni plus ni moins d’une corruption à grande échelle au détriment de l’État gabonais qui génère tous ces éléphants blancs.

  1. 17 mai 2015

    […] –    La faible performance d’encadrement quantitative et qualitative des élèves. La défaillance de l’encadrement quantitatif se traduit par des classes pléthoriques. En effet, le nombre moyen d’élèves par enseignant au Gabon est de 46 au primaire et 48 au secondaire, bien loin de la norme observée dans les pays à revenus intermédiaires qui limite à 21 le nombre d’apprenants par enseignant. Face à situation, il faut s’étonner de l’absence de construction des 60 lycées prévus au budget de l’Etat en 2013 mais qui n’ont jamais vu le jour. […]

  2. 22 mai 2015

    […] –    La faible performance d’encadrement quantitative et qualitative des élèves. La défaillance de l’encadrement quantitatif se traduit par des classes pléthoriques. En effet, le nombre moyen d’élèves par enseignant au Gabon est de 46 au primaire et 48 au secondaire, bien loin de la norme observée dans les pays à revenus intermédiaires qui limite à 21 le nombre d’apprenants par enseignant. Face à situation, il faut s’étonner de l’absence de construction des 60 lycées prévus au budget de l’Etat en 2013 mais qui n’ont jamais vu le jour. […]

  3. 9 mars 2016

    […] une seule année scolaire sans grève tant dans l’enseignement primaire secondaire et supérieur. Des dizaines d’établissements scolaires dont la construction était inscrite dans les différente… et dans un rapport de 2015, la Banque mondiale s’inquiétait de ce que le taux de redoublement […]

  4. 27 avril 2016

    […] année scolaire sans grève tant dans l’enseignement primaire, secondaire que dans le supérieur. Des dizaines d’établissements scolaires dont la construction était inscrite dans les différente… et dans un rapport de 2015, la Banque mondiale s’inquiétait de ce que le taux de redoublement […]

  5. 7 juin 2016

    […] année scolaire sans grève tant dans l’enseignement primaire, secondaire que dans le supérieur. Des dizaines d’établissements scolaires dont la construction était inscrite dans les différente… et dans un rapport de 2015, la Banque mondiale s’inquiétait de ce que le taux de redoublement […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *