Gabon : masse salariale de l’Etat, le grand dérapage (volet 1/5)

Mays Mouissi

Cf page "A propos"

Vous aimerez aussi...

8 réponses

  1. Alfred dit :

    Tres bonne analyse mais je m’apaisantirais sur le mode de recrutement de ces derniers qui est un éternel problème dans la administration publique gabonaise. car nous savons comment cela se passe beaucoup sont recrutés sous la base relationnelle et même si cette administration n exprime aucun besoin ou aucune nécessité de recruter. Combien de fonction attendent les postes budgétaire etc…Dans un pays où le secteur privé ne pèse pas dans la création d’emploi cela entrain inexorablement ce que nous voyons et l État pourra supporter ça jusqu à quand. Il faut des réformes secteur par secteur

  2. Ekwagha bibang sosthène dit :

    Très édifiant mais nous sommes confrontés à une administration versatile , la politique a pris le dessus , y a qu’à voir la composition du gouvernement , les cabinets des ministres , les directions générales etc… et pourtant y à 4 ans l’état a lancé un programme de départ volontaire et retraite anticipé , qui malheureusement est resté lettre morte, il devait bien soulager l’état

    • Mays Mouissi dit :

      Merci Sosthène.

      Manifestement le programme de départs volontaires et les mises en retraite anticipée n’ont pas produit les résultats attendus.

  3. wang dit :

    Ne pas faire la politique de l’autruche.
    Qu’ils comment par réduire les dépenses liées à leurs parcs auto.
    Des Ministères qui n’ont que des TX et VX (plaque bleue), comme véhicules de fonction, c’est vraiment du venez voir!

  4. Abessolo Gaëtan dit :

    Très belle analyse chers amis, cependant le Gabon a longtemps et toujours souffert de plusieurs maux concernant le recrutement de masse au sein de la.fonction publique, en effet, nous disposition bien évident de nombreux leviers a notre actif afin de résoudre le problème de cette histoire de masse salariale trop élevé et recrutement de masse:

    1/ la lutte contre les fonctionnaires fantômes qui n’a jamais produit aucun résultats actif afin de libérer nos finances publics

    2/ la réduction du train de vie colossal de l’État gabonais : grosse voiture, prime hors normes, réduction du nombre de ministres…

    3/ création des structures au sein même de l’État gabonais telles que les agences, qui accusent une forte concentration de nos fiances publics, ainsi que les privilèges alloués qui ne font qu’augmenter chaque année…

    En somme; l’État gabonais a donc pas ma de leviers de solutions afin d’apaiser et de libérer l’administration gabonaise, afin que les.recrutement soient flexibles afin de pouvoir.mieux gérer d’une part les recrutement unile de nos administrations et d’autre part arrivé a une maîtrise qualitatif de la masse salariale au sein de l’administration publique.

  5. Issebet dit :

    Il faut fermer les agences qui ne produisent rien ,fermé le sénat ,réduire le recrutement dans les corps

  6. BISSIE MEYO Vivien dit :

    Encore une très bonne analyse Monsieur Mays, heureux de voir que le site est de nouveau opérationnel.

    Tout ce qui a été évoqué dans l’analyse et les commentaires sont pertinents et les solutions sont là, à porté de main. J’aurai toutefois souhaité une orientation mettant en valeur la proportion de la masse salariale des hauts fonctionnaires (ministres, parlementaires…) sur la masse salariale global de la fonction publique.

    En France le salaire des ministres et du président de la république sont connus. Je crois même que leurs émoluments ont été réduits durant le quinquennat de Hollande. Chez nous, il n’y a pas de transparence sur les salaires de nos haut fonction et leur avantage qui sont à mon avis , outre l’augmentation des effectifs, responsable de cette flambée (on parle dans la presse d’un ministre qui percevait plus de 500 millions par mois).

    La réduction de la masse salariale de la fonction publique devrait commencer par eux tout en rendant transparent leurs traitements. Sans oublier un audit de leur patrimoine dès leur entrée au gouvernement et à leur sortie.

    Merci encore.

  1. 8 juin 2018

    […] dans le débat sur la réduction de la masse salariale et plus globalement sur la réduction du train de vie de l’Etat, les premiers responsables […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *