CEDEAO : Le défi de l’intégration et de la monnaie unique

CEDEAO

CEDEAO

La Communauté économique des états d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) est la composante occidentale de la communauté économique africaine (CEA).  Créé le 28 mai 1975 et composée de 15 pays*, la CEDEAO conduit la politique régionale d’intégration économique des nations et des peuples. Après 40 ans d’existence quel bilan ?

La prépondérance du Nigeria dans poids économique de la région

Avec 15 pays, la CEDEAO est l’une des communautés économiques régionales africaines les plus étendues géographiquement. Cependant, l’essentiel de la richesse de la région est créée par le Nigéria, première puissance économique d’Afrique. Avec un PIB de 521 milliards $ en 2013, le Nigéria contribue à 77% de la richesse globale de la communauté estimée à 674 milliards en 2013. Ainsi la structure économique de la région se confond avec celle du Nigéria : Fortement dépendante du pétrole, peu résiliente aux chocs exogènes et peu diversifiée.

Poids économique des pays de la CEDEAO - Cliquer pour agrandir

Poids économique des pays de la CEDEAO – Cliquer pour agrandir

Cependant, l’analyse macro de la structure économique de la région et la prépondérance du Nigeria tendent à occulter que 11 des 15 pays de l’espace régionale ne sont pas producteurs d’hydrocarbure. En conséquence, ils ont des structures économiques différentes au sein desquelles les secteurs miniers et agricoles, les activités portuaires ou touristiques, etc. jouent un rôle important.

Au plan économique, la CEDEAO a construit un socle économique commun, qui bien que fragile, a le mérite d’exister. Ainsi, la communauté a-t-elle mis en place une union douanière. Par ailleurs la région dispose d’un système de convergence macro-économique. Le système de convergence régional reste cependant moins abouti que celui en vigueur au sein de l’Union économique et monétaire d’Afrique de l’Ouest (UEMOA) qui réunit les 8 pays de la CEDEAO ayant en partage le Franc CFA.

L’ambitieux projet de monnaie unique de la CEDEAO

Les états membres de la CEDEAO nourrissent l’ambition de disposer d’une monnaie commune à l’horizon 2020. Pour y parvenir, ils comptent créer une seconde zone monétaire dans région réunissant l’ensemble des pays ayant une monnaie différente du Franc CFA. Cette monnaie à naitre a déjà un nom, l’ECO. A terme les deux zones monétaires devraient se fondre en une seule pour créer la monnaie unique de la CEDEAO. Le projet de monnaie unique au sein de la CEDEAO est vu comme un précurseur, à l’ambition nourrie par certains africains de voir émerger sur le continent une monnaie commune aux 54 pays d’Afrique. Au niveau continental, il existe un projet de banque centrale africaine.

L’intégration régionale dans l’espace de la CEDEAO est plus avancée que dans la zone CEEAC. La libre circulation des personnes et des biens est en vigueur depuis des décennies. L’existence d’un passeport CEDEAO facilite également les déplacements et le commerce intra-régional qui représente environ 10% des échanges de la communauté.

Malgré ses succès, la CEDEAO doit continuer de diversifier son économie et densifier les échanges intra-communautaires. Par ailleurs, la libre circulation des peuples et le libre-échange doivent être consolidés. La CEDEAO a encore de nombreux défis à relever.

Mays Mouissi

* Les 15 pays composants la CEDEAO sont : Nigeria, Ghana, Côte d’Ivoire, Sénégal, Burkina Faso, Mali, Benin, Niger, Guinée, Togo, Sierra Leone, Liberia, Cap Vert, Guinée-Bissau et Gambie

Sources principales :
– Document de stratégie d’assistance à l’intégration régionale (DSAIR) pour l’Afrique de l’Ouest 2011 – 2015 de la Banque Africaine de développement (BAD)
– Database de la Banque mondiale pour les agrégats économiques

Vous avez aimé cet article? Encouragez nous et partagez-le sur vos réseaux sociaux.

Mays Mouissi

Pour les renseignements biographiques se reporter à la page "A propos".

Vous aimerez aussi...