Gabon : L’ANGT et le scandale des marchés publics par entente directe

Mays Mouissi

Cf page "A propos"

Vous aimerez aussi...

8 réponses

  1. Yann Ondo dit :

    Très bon article montrant les mensonges du système gabonais qui ne cessent de se perpétuer. Cependant, le seul bémol est qu’il manque juste des explications pouvant permettre aux lecteurs de comprendre les effets négatifs des marchés de gré à gré, et de mettre en exergue la nécessité des appels d’offres dans la procédure de passation des marchés publics; notamment par ses principes garantissant la transparence et l’égale mise en concurrence des candidats. Mais sinon, très bon article.

  2. Protet Judicaël ESSONO ONDO dit :

    Pots-de-vins, dessous de table, compromissions, corruption de toutes sortes, enrichissements illicites…tels sont le corollaires des marchés de gré à gré! Il suffit de voir le train de vie des personnalités et cadres plus ou moins liés à ces secteurs….

    Vivement l’instauration du « délit d’apparence » (je crois que c’est comme ça qu’ils appellent cela au Burkina Faso)!!

  3. Boudzanga dit :

    Que de scandales sous ce septennat finissant !

  1. 27 avril 2016

    […] MAYS MOUISSI · AVRIL 26, […]

  2. 29 avril 2016

    […] A l’analyse, nous constatons un décalage de plus de 4.1 milliards FCFA entre le montant des dépenses relatives à l’organisation du NYFA 2015 annoncé en septembre 2015 par le Porte-parole de la Présidence du Gabon et la réalité des opérations budgétaires exécutés à ce titre. Au regard de ce qui précède, les personnalités en charge de faire des déclarations officielles pour le compte de la République gabonaise devrait faire preuve de prudence et de circonspection pour ne pas être repris. Le Président de la République gabonaise lui-même ne fait pas exception. En effet, le 10 septembre 2012 dans une interview à l’hebdomadaire Jeune Afrique, il  affirmait que les marchés de gré à gré avaient disparu au Gabon avant qu’un courrier de son Premier ministre ne vienne publiquement le contredire. […]

  3. 29 avril 2016

    […] A l’analyse, nous constatons un décalage de plus de 4.1 milliards FCFA entre le montant des dépenses relatives à l’organisation du NYFA 2015 annoncé en septembre 2015 par le Porte-parole de la Présidence du Gabon et la réalité des opérations budgétaires exécutés à ce titre. Au regard de ce qui précède, les personnalités en charge de faire des déclarations officielles pour le compte de la République gabonaise devrait faire preuve de prudence et de circonspection pour ne pas être repris. Le Président de la République gabonaise lui-même ne fait pas exception. En effet, le 10 septembre 2012 dans une interview à l’hebdomadaire Jeune Afrique, il  affirmait que les marchés de gré à gré avaient disparu au Gabon avant qu’un courrier de son Premier ministre ne vienne publiquement le contredire. […]

  4. 21 juin 2018

    […] A l’analyse, nous constatons un décalage de plus de 4.1 milliards FCFA entre le montant des dépenses relatives à l’organisation du NYFA 2015 annoncé en septembre 2015 par le Porte-parole de la Présidence du Gabon et la réalité des opérations budgétaires exécutées à ce titre. Au regard de ce qui précède, les personnalités en charge de faire des déclarations officielles pour le compte de la République gabonaise devrait faire preuve de prudence et de circonspection pour ne pas être repris. Le Président de la République gabonaise lui-même ne fait pas exception. En effet, le 10 septembre 2012 dans une interview à l’hebdomadaire Jeune Afrique, il  affirmait que les marchés de gré à gré avaient disparu au Gabon avant qu’un courrier de son Premier ministre ne vienne publiquement le contredire. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *